Espace pour artiste en faim de droit

Dé-faire, dé-placer pour se débarrasser
de ce qui masque, empêche, trouble
Dé-couvrir ce que sera ce cru singulier

Danser

Respirer, chercher, méditer, expérimenter,
se réapproprier

Au plus près de soi
saisir ce qui est vibrant, vivant, à l’état brut

Dé-croître : à cru, sans selle, sans filet,
toucher au sens-ationnel

Danser

Crudité : aller au vibrant, à l’essentiel
à ce qui n’a pas subi de transformation
reconnaître ses ressources propres, accepter
le premier jaillissement

Danser

Recycler : faire avec ce qui est là à portée de la main
Jouer : le jeu de ce qui est avec ce qui est
Ouvrir, partager : pas seulement une bulle, un espace en mouvement
Simplifier : la mise en route, en état, en jeu

Et enfin … peut-être …
se reconnaître, se dépasser, agir ses aspirations

Danseuse à cause de Michaël Jackson, quand il était noir, de BKS Iyengar et la Folkwang Hochschule, beaucoup de patience et pas assez d’osso bucco. Participe activement à alimenter d’incertitude et de fragilité la danse contemporaine. Maîtrise une bonne dizaine de versions de « Coucou Hibou » et aucune du « Stabat Mater » de Pergolèse. Ne croit plus dans les noix de lavage, mais mange bio, c’est bien. Passionnément kayakiste du 28 juillet au 4 août. Nathalie Mauriès a contribué aux travaux de Tiens, voilà encore autre chose en Palestine, de Malou Airaudo, du Renegade Theatre en Allemagne, de la Compagnie Mille Failles,Compagnie Nadja, Compagnie Eponyme, Compagnie Nadine Beaulieu, Compagnie 100 issues en France.
Elle enseigne la danse en milieu scolaire de l’école maternelle au lycée.
Et crée MON CRU en 2015.


Ce site a été imaginé par Claire Glorieux et développé par Pierre Albert à partir du travail de Nathalie Mauriès